Au travers des brumes du temps...

Sud-Ouest du Royaume de France au XVième siècle. Voilà une centaine d'années que les riches et puissants de cette région ont retiré leur soutien au Pape d’Avignon, précipitant sa chute. En retour de leur allégeance à Rome, ces bons catholiques ont reçu titres et terres des mains du Roi de France. Depuis, ces jeunes et grandes familles ont affirmé leur position, accru leur prestige, formant la prime bourgeoisie de la Renaissance. Nos aventures estivales se dérouleront sur les terres de la Baronnie des Combes , dirigée par Dame Odeline, veuve du défunt Baron Clotaire des Combes, héritier d’une de ces lignées.

Depuis près de six générations, cette noble famille entraîne dans son ascension le village jouxtant son domaine. Au fil des ans, le village est devenu un prospère bourg marchand, Peyrebrune, de 800 âmes, comptant désormais deux fois l’an une foire aux bestiaux, ainsi qu’une maison commune pour les artisans où l’on échange des savoirs et forme les bâtisseurs du monde de demain… Malheureusement, quelques semaines avant l’été, un mal que l’on pensait oublié vient troubler la contrée et répandre la terreur. Le retour de la peste est annoncé (in reversio).

Tandis que la campagne s’alarme, Dame Odeline fait mander le soutien de l’Eglise qui décide d’envoyer la Très Sainte Inquisition. Attendant son arrivée, le prêtre du village Père Estienne ,suit les recommandations du Saint Office afin de protéger ses ouailles de la mort noire. Il fait isoler les maisons, appose les marques sur celles touchées et si besoin, ordonne leur destruction par le feu… Par malheur, lors de ce confinement, c’est le village dans son entier qui finit par être englouti dans un immense brasier incontrôlé. Alors que l’Inquisition poursuit sa route, un groupe de “scientifiques” semble également avoir été mis au fait de la situation et chemine lui aussi vers Peyrebrune.

Les rares survivants du village errant sur les terres alentours, la Baronne propose de leur venir en aide et d’en recueillir une partie dans les dépendances de sa demeure. Les autres sont envoyés auprès de nobles voisins et amis afin de favoriser la survie du plus grand nombre. Lors de cet exode, la rumeur court parmi les rescapés et les étrangers du bourg se voient accusés d’avoir propagé l’épidémie. Manquant d’être lynchés par quelques désespérés, le maître d’arme vient au secours des “boucs émissaires” et les faits placer dans les geôles de la baronnie pour les soustraire à la vindicte.

Attendant l’arrivée imminente des envoyés du Saint Office, les villageois restant s’organisent et dressent un camp de fortune. Dame Odeline et ses gens les aident à survivre tant bien que mal dans ces piteuses conditions et tous forment également de profonds espoirs sur la délégation de “scientifiques” qui vient d’arriver sur les lieux. Ceux-ci octroient leurs soins avec générosité et réconfortent par leurs paroles. Une autre heureuse nouvelle égaye un tant soit peu la communauté : Maître Guilhem responsable de la plus grosse scierie de la région, arriverait avec ses hommes en proposant son aide à la reconstruction.

Catégorie: